Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 19:21
Création janvier 2014
Création janvier 2014
Création janvier 2014
Création janvier 2014
Repost 0
Published by compagnie Des matins
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 13:32

 

Si Peau d'Âne m'était conté,
J'y prendrais un plaisir extrême.
Le monde est vieux, dit-on : je le crois ; cependant

Il le faut amuser encor comme un enfant.
Jean de La Fontaine, Le pouvoir des fables

 



Inspiré des fabulistes de l’Antiquité comme Esope, La Fontaine touche un large public

par son humour et sa vivacité d’esprit, il parle de son siècle avec génie.

Il livre une étude fine des caractères dans une langue claire et directe.

Il ne va pas par quatre chemins pour brosser le portrait des hommes de son temps.

Jean de La Fontaine lit dans nos âmes, passant par les animaux

pour nous les faire comprendre.



Mais ce n’est pas que cela. Dans les fables, le tragique omniprésent affleure

très près de la comédie, et grâce à son génie, nous rions de bon cœur

là où nous devrions pleurer.

La Fontaine maîtrise parfaitement l’art du récit, des rythmes et de la rime ;

avant tout, son art est poétique.



« Fables de La Fontaine » mêle donc philosophie et amusement,

où se déploie en éventail une forme de bestiaire humain.

Nous y retrouvons le monde politique, des media, mais aussi… nos voisins !

Enfin, notre société toute entière, au travers de paroles de lions, renards,

singes et autres corbeaux mal embouchés !!!



Le spectacle, emporté par deux actrices - dompteuses d’animaux peu sages,

traverse l’ensemble des douze livres, avec un choix de textes sillonnant dans l’œuvre,

entre les vers les plus célèbres et les récits moins connus.

Au service, nous le souhaitons, d’un théâtre simple et vrai.

 

18 fables de La Fontaine

accompagnées par la musique de Purcell, Marin Marais, Scarlatti...

Durée de la lecture : 55 minutes.

 

Spectacle programmé également en matinée

àdestination des seniors de la Mairie de Paris.

du 10 janvier au 9 mars 2014 au Guichet Montparnasse.

 

Voir les commentaires

Repost 0
Published by compagnie Des matins
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 14:07

L'invitation au voyage

Textes choisis de Charles Baudelaire

Lecture interprétée par Marie-Martine Cheveaux et Karine Fellous

 

De l’enfer où mon cœur se plait

Mainte fleur épanche à regret
Son parfum doux comme un secret

 

« Au théâtre, il n’y a rien à comprendre, mais tout à sentir. »

disait Louis Jouvet.

Ardente, mystérieuse et mélancolique, la poésie de Baudelaire est un enfer délicieux

où nos cœurs se plaisent à rêver.
L’empire des ténèbres y côtoie les fleurs les plus extravagantes -

exquises odorantes, l’indolence du serpent et la caresse des rimes.

Baudelaire, l’invitation au voyage, est une lecture théâtrale

interprétée et incarnée par deux actrices, deux voix féminines,

qui vous convient au plus sensuel des voyages.

Un voyage en paradis, une plongée dans  une  écriture luxuriante,

d’une puissance musicale inégalée.  

Un spectacle, accompagné par la musique de Chopin,

qui permet de retrouver les grands chefs d’œuvre de Baudelaire

extraits des Fleurs du mal comme L’albatros, L’invitation au voyage ;

mais aussi de découvrir des textes moins connus

comme Les petits poèmes en prose (Mademoiselle Bistouri, La corde)

ou Fusées, magnifiques récits étranges et drôles où se croisent

personnages pittoresques et situations étonnantes .

La lecture traverse ainsi l’ensemble des thèmes chers au poète

qui sont désormais entrés dans la mémoire collective :

la femme, la nuit, l’exotisme, le parfum, l’étrangeté… les chats !

Alors nous irons au grès des courants nous glisser dans le torrent du poète immortel

où tout n’est qu’est ordre et beauté, luxe, calme et volupté…

 

Programmation 2013 :

Du 3 au 18 octobre au Guichet Montparnasse.

A destination des seniors de la Mairie de Paris

 

Création octobre 2013Création octobre 2013
Repost 0
Published by compagnie Des matins
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 14:07

Fleurir le chardon bleu des sables

textes choisis de Victor Hugo

Lecture interprétée par Marie-Martine Cheveaux et Karine Fellous

 

Fleurir le chardon bleu des sables, ce sont deux actrices,

deux voix et deux cœurs battants, qui vous plongent dans l’œuvre

d’un génie de la langue française, un poète à l’œuvre gigantesque,

un romancier du peuple, Victor Hugo.

 

Une création qui traverse l’ensemble de son œuvre.

Elle prend des chemins aussi bien lyriques et tendres (L’Art d’être grand-père),

qu’engagés (Discours contre la misère, Le dernier jour du condamné),

ou encore des sillons plus profonds et philosophiques sur la vie (Les contemplations,

Les quatre vents de l’esprit).
 

La proposition    

Le spectacle dure 55 minutes.

Aucun matériel / décors n’est nécessaire, nous nous adaptons à votre lieu.

Décors : nous apportons une servante.

 

Ce spectacle est conçu pour un public de 7  à 77 ans !

 

Note d’intention

Victor Hugo est un combattant, un poète en lutte contre les inégalités de son siècle.

C’est l’homme tout entier qu’il décrit dans une œuvre gigantesque

que nous n’avons pas fini d’arpenter.

Victor Hugo est un marcheur. Homme de l’exil, son œuvre est traversée

d’ombre et de lumière. Au cœur d’une écriture sombre et ample, perce une lumière intense.

 

Nous croyons connaître Victor Hugo, on l’étudie à l’école,

et pourtant quand je me suis penchée sur son œuvre, tant de textes sublimes

et peu connus me sont apparus.

Guidée par ma passion de l’œuvre poétique, j’ai commencé à regrouper les textes

et une logique m’est apparue qui forme maintenant la continuité du spectacle :

Le lyrisme, la nature, le bonheur en famille, l’amour.

Le combat politique, la lutte contre la misère et les inégalités.

L’approche de la mort, la réflexion sur la vie.

 

Un spectacle où l’on retrouve avec plaisir les grands chefs d’œuvre de Victor Hugo

comme Demain dès l’aube ou Les misérables mais aussi des textes moins connus

qui vous feront découvrir une œuvre balayée par les vents,

qui prend ses racines dans la terre normande.

Alors, disons que tous ensemble, jeunes et moins jeunes,

hommes et femmes debout,

nous irons “fleurir le chardon bleu des sables”.

 

hugo nbmanuscrit

 

Quelques phrases…

« L’âme humaine est sans cesse en tous les sens poussée. » 

« Dans l’étrange forêt qu’on nomme la pensée, tout existe. »

« La pensée est le lieu des routes inconnues. »

« Tout est réalité, mais tout est vision. Marchez. »

« Vous êtes mon lion superbe et généreux. »

« Ceux qui vivent sont ceux qui luttent. » Victor Hugo.

 

Programmation 2013 :

Du 16 au 31 mai au Guichet Montparnasse.

A destination des seniors de la Mairie de Paris.

avec Marie-Martine Cheveaux et Karine Fellous 

 DSCF0090 2 2 DSCF0089 2 

 au Guichet Montparnasse...

 

IMG 8994  IMG 9044

 

 

Création mai 2013
Repost 0
Published by compagnie Des matins
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 14:49

L'équipe de l'atelier se réunit un samedi par mois au Château Ouvrier, de 15h à 18h.

Adresse du Chateau Ouvrier : place Marcel Paul Paris 14 (métro Pernety).

 

Il s'agit d'écrire pour le théâtre. Faire des allers-retours entre la scène et l'écriture et construire un texte à jouer.

 

Saison 2017/18 : SPECTACLES

Responsable de l'atelier :

Patrice Meynier, auteur, il a dirigé de nombreux ateliers écriture depuis une vingtaine d'années : Ateliers Bing, Atelier d'écriture de l'ADAC - Paris Ateliers, Conservatoire des Arts et Métiers, Université de Rabat.

1ère séance : septembre 2017.

 

Saison 2016/17 : VOYAGES

Restitution-lecture des textes écrits pendant l'année et petit buffet improvisé au Château Ouvrier le vendredi 30 juin 2017 à 20H30.

 

Saison 2015/16 : ENFANCES

Restitution-lecture des textes écrits pendant l'année et petit buffet improvisé au Château Ouvrier le samedi 2 juillet 2016 à 19H.

 

Saison 2014/15 : LA VILLE

 

Restitution-lecture des textes écrits pendant l'année et petit buffet improvisé au Château Ouvrier le dimanche 28 juin 2015 à 18H.

 

Saison 2013/14 : L'ANIMAL

Restitution-lecture des textes écrits pendant l'année et petit buffet improvisé au Château Ouvrier le dimanche 6 juillet 2014 à 17H.

 

Saison 2012/13 : ROIS et REINES

Restitution-lecture des textes écrits pendant l'année et petit buffet improvisé au Château Ouvrier le samedi 29 juin 2013 à 20H30.

Repost 0
Published by compagnie Des matins
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 11:19

Deux samedis par mois, nous nous réunissons pour travailler ensemble sur la mise en voix de textes écrits par les participants de l'atelier de Chantal Grimm, Les écrivants chanteurs : poésie, conte, nouvelle.

Cet atelier est néanmoins ouvert à tous ceux qui aiment la lecture à voix haute et le théâtre.

Cet atelier a lieu de 14H à 16H.

 

Aller sur le site des Ecrivants-chanteurs...

 

diner-lecture-ecrivants-chanteurs

   

    Le 29 mai à 20h30, restitution du travail réalisé

    avec les "écrivants chanteurs".

   Au Moulin à Café, Paris 14.

 


 

 

Repost 0
Published by compagnie Des matins
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 18:58


Marguerite Duras, L'homme assis dans le couloir
triptyque corps . voix . violoncelle

Mise en scène Marie-Martine Cheveaux
Création musicale Birgit Yew
Avec Florence Carrique-Allaire et Renaud Farah
Voix Marie-Martine Cheveaux
Violoncelle Birgit Yew
Conception technique Yves Bellot




CALENDRIER                                                                    

> Prolongations du 03 au 27 septembre 2009 au Théâtre des Deux Rêves, Paris

> Le 18 septembre au Festival des Arts Buissonniers au Théâtre de la Boderie, Normandie

> Du 03 au 31 août 2009 au Théâtre des deux Rêves, Paris


NOTES                                                                                 

Je n’invente rien, je n’invente pas. Tout vient de loin, chacun trimballe ses obsessions. Il s’est trouvé que cela a pris forme, que cela a pris corps et après cela me mène. Il n’y a pas d’écriture qui vous laisse le temps de vivre.
M. Duras, Le ravissement de la parole.



      le désir                       la perte de soi                  l’obsession                                
                    la vacuité                        l’épuisement                 le ravissement                         la honte

 


L’homme assis dans le couloir est un long poème, une longue phrase qui ne finirait jamais. Un homme et une femme se perdent dans le désir qui les brûle jusqu’à l’obsession et puis la honte et puis les coups. Ce poème est une longue traversée de l’intime, l’intime des corps avant la parole. Avant la possibilité de dire et donc avant la pensée.
Le texte est explicite, il a la force d’une langue abrupte et poétique.
Ce texte est aussi une métaphore sur le théâtre, en ce sens où cet amour n’existe que parce qu’une femme, l’auteur, les regarde. Il n’y a de théâtre que parce qu’il y a un spectateur, un œil qui le regarde. Serait-ce aussi fort si ce regard n’était pas là ?
Chez Duras, il y a la mousson, l’amour fou, la brûlure, la possession infinie.
Des êtres sans début et sans fin… à cet endroit de la perte de soi-même.

Marguerite Donnadieu est née en 1914 près de Saïgon en Indochine. Le père, professeur de mathématiques, meurt alors que Marguerite a quatre ans, sa mère institutrice investit toutes leurs économies dans une concession qui s’avère être incultivable, la famille vit dans une très grande pauvreté. La mère envoie Marguerite en France pour faire des études, elle s’engage ensuite dans dix années de militantisme communiste et forme le groupe d’intellectuels de la rue Saint-Benoît à Saint-Germain-des-Prés. Marguerite Duras écrit, filme, et met en scène une œuvre qui commence en Indochine ; elle s’éteint en 1996, cinq ans après la publication de l’Amant de la Chine du Nord. Une longue phrase qui s’arrête là où elle avait commencé.


Jeu et mise en scène

Ce texte est une nouvelle, une œuvre littéraire. La difficulté de son passage à la scène est de restituer la beauté esthétique d’une écriture déchirée, poétique, abrupte en même lieu que l’intensité érotique et charnelle de l’histoire. Donner à entendre le labyrinthe du texte et mettre en œuvre le brasier entre ces deux êtres. Dans L’homme assis dans le couloir, l’homme et la femme ne parlent pas, l’intensité du désir est telle qu’ils ne peuvent pas parler comme écrasés par les corps. Notre direction a été de travailler dans une dichotomie entre texte et corps et plonger dans l'intime, dans l'abîme de l'écriture de cette courte nouvelle, moderne, fulgurante...


Marie-Martine Cheveaux

* Laure Adler, Biographie de Marguerite Duras


ILS ONT ECRIT...                                                 


« Un quatuor, quatre instruments pour faire entendre un court texte peu connu de Marguerite Duras.
Premier instrument, leader, la voix forte, d’un érotisme aride et ardent, extrêmement élaborée, stylisée, mais sans aucune fioriture ou mièvrerie, de l’écriture de Marguerite Duras.
Puis, les deux comédiens-danseurs, deux instruments accordés à l’unisson, portés par le rythme et l’expression de leurs corps, attirés, attirants. Très intenses. Bien qu'à distance la moindre action de l’un réagit immédiatement sur l’autre de façon souvent surprenante comme dans le jeu amoureux dessiné par l’auteur.
Enfin la quatrième voix, celle du violoncelle, accompagne ce poème scénique par une très belle composition originale et vient tout naturellement glisser beaucoup d’émotion entre l’auteur et ses interprètes. »

Evelyne Loew, auteur dramatique

Evelyne Loew rejoint le Théâtre du Campagnol naissant sous l’égide de Jean-Claude Penchenat en 1977. Elle assiste Jean-Claude Penchenat à la direction et à la mise en scène (45 spectacles) jusqu’à son départ en 2002.
Elle écrit pour le Théâtre du Campagnol des petites formes, adaptations, carnets de bord, est co-auteur de plusieurs créations collectives (dont, entre autres Le Bal), et pour d’autres compagnies : Marigold, L’Ange Araokatao, Zoé, Gorki / Tchékhov / 1900 (éd. Actes Sud-Papiers). Elle fait un travail sur plusieurs aventures théâtrales : De Saint Thomas à Guignol sur Gaston Baty, Le Fou et la Princesse sur les Copiaus, Le public a bien joué ce soir sur Jean Dasté.
Depuis 2002, Evelyne Loew poursuit ses activités au Théâtre des Quartiers d’Ivry et à La Comédie de Saint-Etienne.


 

« Le corps avec l'énergie tantôt contenue tantôt déployée
Le corps de deux jeunes êtres homme - femme
trempent le texte de Duras dans une symbolique immédiate où l'Eros met en suspend Tanatos pour faire vivre une rencontre des désirs
Un amour où l'attraction entre les êtres se fait de plus en plus vivace jusqu'à l'immobilité finale
Le violoncelle tend les situations dans le silence de la voix qui narre et annonce les mouvements de suspend ou d'approche ou de contact
Et jamais on ne se rend compte que la voix énonce le mouvement des êtres sinon que le violoncelle tend toutes les situations en contrepoint du texte
Jamais on éprouve un sentiment de mort, simplement et à contre jour le mouvement le plus vif de la vie »

Alain Minod, auteur

Repost 0
Published by compagnie Des matins
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 10:10

Karine Fellous, comédienne et metteure en scène

Après une formation d’Etudes Théâtrales à Nanterre et l’Entrée des Artistes sous la direction d’Yves Pignot, Karine Fellous entre à l’ Ecole Nationale Supérieure Arts et Techniques du Théatre (ENSATT, Rue Blanche). Elle complète sa formation d’actrice de nombreux stages.

Pendant 12 ans elle jouera pour Jean-Marie Villégier (Compagnie L'illustre-théâtre). Elle sera Aricie dans Phèdre, Mélissandre dans Pelleas et Mélissandre, Marianne dans Tartuffe ou Juliette dans Victor et Juliette.

Parallèlement à sa carrière de comédienne, Karine Fellous se consacre à la mise en scène et l’animation d’ateliers théâtre.

Ainsi, elle monte plusieurs lectures musicales (Poil de Carotte, Presque 1778, Visions Fugitives...) et de nombreuses pièces (Bernadette, La Fourmi Qui Voulait Voir Quelque Chose, Paroles de Déportés, Les Pas Perdus...).

En 2007, elle fédère l’atelier théâtre Coups de Vent, qui présente depuis un spectacle par an (Coups de Vent fait son cinéma, C’est pas nous, c’est les autres, Feydeau Party ! ...).

En 2012 elle cofonde la Cie Des Autres avec Jessica C. Garreau.

Patrice Meynier, président de la compagnie Des matins dans les arbres

Rédacteur-réviseur au Figaro, il a dirigé de nombreux ateliers d'écriture depuis une vingtaine d'années : Ateliers Bing, Adac Paris-Ateliers, Conservatoire des Arts et Métiers, Université de Rabat.

Birgit Yew, violoncelliste

Lien vers le site de Birgit Yew, Femme celte.

Repost 0
Published by compagnie Des matins

Nous Contacter

  • : Le blog de la compagnie Des matins dans les arbres
  • Contact

La compagnie Des matins dans les arbres crée des spectacles mêlant texte, voix, musique et danse avec le désir de plonger dans la langue d'auteurs classiques et contemporains.

Le texte comme matière de sons, rythmes et danses de l'imaginaire.

Equipe : Marie-Martine Cheveaux Patrice Meynier Sylviane Chérèze

Patrice Meynier, président de la compagnie, contribue à Ventscontraires, la revue collaborative du Théâtre du Rond-Point. 

 

4585 2

 

http://www.ventscontraires.net/auteur.cfm/4585_meynier_patrice.html

 

siteon0-558ef.png

www.chateau-ouvrier.fr

L'Association Florimont, le Chateau Ouvrier

nous accueillent dans ses locaux

9 place Marcel Paul Paris 14ème

 

L'homme Assis Dans Le Couloir, Marguerite Duras

Cie-des-matins-2-web.jpg